Cinq troubles digestifs courants chez les chats

Publié par Dre Sarah Wooten
Le
Lecture de minutes

Les troubles digestifs sont si courants chez les chats que de nombreux propriétaires d’animaux domestiques pensent que de tels troubles sont normaux. Mais si votre chat vomit régulièrement (une fois par semaine ou plus) ou que ses selles sont molles ou liquides, c’est que quelque chose ne tourne pas rond. Il est peut-être temps de changer sa nourriture ou son environnement, et il est définitivement temps de parler à votre vétérinaire. Voici quelques conseils pour résoudre les troubles digestifs les plus courants chez les chats.

Ginger cat sitting in a litter box and looking at the camera.

1. Vers intestinaux

Les parasites internes sont très courants chez les chats, même chez les chats d’intérieur. L’aspect le plus difficile du diagnostic et du traitement est qu’un chat pourrait avoir une infestation sans ne jamais en montrer de signes. Les parasites intestinaux les plus courants chez les chats sont les ankylostomes, les vers ronds (ascaris) et les vers plats (ténia).

Voici quelques signes qui pourraient indiquer une infestation de parasites intestinaux dans le système digestif d’un chat :

  • Vomissements
  • Diarrhée
  • Vers dans la matière fécale ou la vomissure
  • Perte de poids
  • Ventre bombé

Non seulement dégoûtants, les vers intestinaux chez les chats sont aussi contagieux, il est donc important que les selles de votre chat soient testées par votre vétérinaire une ou deux fois par année. Suivez toutes les instructions fournies par votre vétérinaire si votre chat a un diagnostic d’infestation.

2.  Constipation

La constipation est un autre problème courant en ce qui a trait au système digestif des chats. La constipation peut être causée par la déshydratation, la douleur, les problèmes de motilité (mouvement musculaire) dans le côlon ou une affection rare appelée mégacôlon survenant lorsque le chat se « retient » trop longtemps ou à la suite de constipation chronique (« opiniâtre »).

Chose certaine, la constipation récurrente n’a rien de drôle. Les solutions proposées par votre vétérinaire pourraient être d’augmenter l’apport en eau de votre animal en ajoutant de la nourriture en conserve à sa nourriture sèche, de lui faire faire plus d’exercice ou de lui faire perdre du poids de façon sécuritaire. Votre vétérinaire pourrait aussi vous recommander de passer à une nourriture pour chats formulée pour aider les chats souffrant de troubles digestifs, comme la nourriture pour chats Hill’sMD Prescription DietMD. Si vous voyez toujours votre chat s’accroupir pitoyablement et sans résultat dans sa litière, faites-le examiner par un vétérinaire dès que possible.

3. Boules de poils

Les boules de poils sont très courantes, mais cela ne veut pas dire qu’elles doivent absolument faire partie de la vie de votre chat. Les boules de poils se forment lorsqu’un chat perd une quantité excessive de poils ou lorsqu’il a un trouble digestif sous-jacent. Si votre chat ne crache qu’une seule boule de poils à l’occasion (pas plus d’une boule de poils par mois est considérée comme normale), vous n’avez pas nécessairement besoin d’appeler votre vétérinaire.

Pour les chats qui ont besoin d’un changement de nourriture pour contrôler les boules de poils, la nourriture Hill’sMD Science DietMD Hairball Control Légère pour chats adultes peut-être un bon choix. Elle contient des fibres spécialement conçues pour aider à réduire la formation des boules de poils et une teneur contrôlée en calories, ce qui est une excellente chose puisque d’après mon expérience clinique la plupart des chats d’intérieur sont en excès de poids. Si le problème persiste, pensez à faire toiletter votre chat de façon professionnelle (demandez une coupe « lion ») ou consultez votre vétérinaire.

White cat in blue collar yawning.

4. Maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) et lymphome gastro-intestinal

L’une des affections les plus irritantes du système digestif chez les chats est la maladie inflammatoire chronique de l’intestin, ou MICI. Les troubles digestifs associés aux MICI chez les chats comprennent les vomissements, la diarrhée, des selles molles, la perte d’appétit et la perte de poids. La cause exacte de la MICI est inconnue, mais on pense qu’il s’agit d’un trouble génétique du système immunitaire qui provoque une réponse immunitaire accrue aux aliments, aux parasites ou aux bactéries.

La MICI est une maladie frustrante pour les vétérinaires, car ses signes sont très similaires à ceux d’autres troubles gastro-intestinaux et elle ne peut être diagnostiquée définitivement qu’avec une biopsie de l’intestin. De nombreux propriétaires d’animaux domestiques n’aiment pas l’idée de faire subir une chirurgie à leur chat, et choisissent donc de lui faire passer une échographie abdominale non invasive. Bien que les MICI ne puissent être diagnostiquées de façon définitive à partir d’échographie, plusieurs indices peuvent indiquer qu’un chat souffre de ce trouble, comme des parois intestinales épaissies. Le traitement des MICI comprend habituellement la vermifugation et des antibiotiques, au besoin. Votre chat pourrait aussi avoir besoin de stéroïdes oraux ou injectables et de passer à une nourriture hypoallergénique plus légère.

Dans le cas des MICI, il est important de réduire l’inflammation. Au fil du temps, l’inflammation chronique chez un chat peut augmenter le risque qu’il développe un lymphome gastro-intestinal, qui est considéré comme une forme maligne (cancéreuse) de la MICI féline. Suivez attentivement toutes les instructions de votre vétérinaire si votre chat a reçu un diagnostic de maladie inflammatoire chronique de l’intestin.

5. Allergies alimentaires

Les véritables allergies alimentaires sont relativement rares chez les chats et comprennent habituellement une combinaison de signes gastro-intestinaux (vomissements, diarrhée ou flatulences) et cutanés (démangeaisons, plaques rouges et perte de poils). Les allergies alimentaires affectent le système immunitaire des intestins et de la peau. Les allergies alimentaires les plus courantes chez les animaux domestiques sont le bœuf, les produits laitiers et le poisson, explique le Tufts Cummings Veterinary Medical Center.

Si votre vétérinaire soupçonne une allergie alimentaire chez votre chat, il prescrira un essai de nourriture hypoallergénique de 10 à 12 semaines. Pendant cette période, vous devrez UNIQUEMENT donner à votre chat la nourriture hypoallergénique qui lui a été prescrite, afin d’exclure les ingrédients auxquels il pourrait être allergique. Si votre chat mange quoi que ce soit d’autre pendant cette période, l’essai devra être recommencé. Chez un patient avec une allergie avérée, les signes gastro-intestinaux devraient disparaître en deux semaines, et les signes cutanés devraient disparaître en huit à dix semaines. Votre vétérinaire pourrait également prescrire un stéroïde pour aider votre chat à se sentir mieux à court terme.

Ne paniquez pas si votre chat présente un trouble digestif soudain. En connaissant les troubles digestifs auxquels il faut être attentif et en sachant quand un épisode justifie une visite chez le vétérinaire, vous pourrez garder votre chat et son estomac heureux.

Contributor Bio

Dr. Sarah Wooten

Dre Sarah Wooten

La Dre Sarah Wooten a obtenu son diplôme de la UC Davis School of Veterinary Medicine en 2002. Membre de l’American Society of Veterinary Journalists, la Dre Wooten répartit son horaire professionnel entre son cabinet pour petits animaux à Greeley, au Colorado, des conférences publiques sur les questions connexes et le leadership, la communication avec les clients et l’écriture. Elle aime faire du camping avec sa famille, skier, faire de la plongée en scaphandre autonome et participer à des triathlons.

ARTICLES ASSOCIÉS

PRODUITS CONNEXES