Merci de votre visite

Pour fermer votre session, cliquez sur "OK"


Science Diet - Vet's #1 Choice for Their Own Pets



Habile grimpeur et sauteur, le Burmese adore recevoir les attentions de son maître. Il ne s’entend pas toujours bien avec les chats d’autres races.

     Burmese COUP D’OEIL

Poids:

Mâle: lourd : >12 lb
Femelle: moyen : 8 à 12 lb

Couleur des yeux:

Or, Jaune

Attentes réalistes :

Espérance de vie : 9 à 13 ans
Besoin de compagnie/d’attention : Élevé, Modéré
Tendance à perdre ses poils : Faible

Robe:

Longueur: Courte
Caractéristiques: Lisse
Couleurs: Sable, Champagne, Bleu, Platine, Lilas, Faon (« Fawn »), Roux, Crème, Chocolat, Cannelle, Écaille de tortue (« Tortie »)
Patrons : Couleur unie (« Solide »), Écaille de tortue (« Tortie »)
Pelage moins allergène: Non
Besoin de toilettage : Faible

Reconnaissance officielle :

Reconnaissance par les associations félines :
CFA, ACFA, FIFé, TICA, AFC
Popularité: Race répandue


The Burmese Cat Breed

Le Burmese adore observer le monde qui l’entoure, et il se postera souvent à une fenêtre qui lui donne une vue panoramique sur l’extérieur.

Le Burmese est un chat de taille moyenne, mais lorsqu’on le prend, il est beaucoup plus lourd qu’il en a l’air. C’est un chat trapu et relativement compact, mais il est très musclé et doté d’une Solide ossature.

Le Burmese est tout en rondeur. La tête, les yeux, le menton sont ronds, les pointes des oreilles et même les pieds sont arrondis. C’est un chat très Solide, autant en apparence qu’au toucher, et il est doté d’une grande force.

La robe du Burmese est courte et lustrée. La pointe du pelage est parfois plus sombre chez les chatons, mais cet effet s’estompe avec l’âge, ce qui donne des nuances plus riches dans toutes les couleurs de robe acceptées.

Bien que le nombre de couleurs acceptées ait augmenté au cours des dernières années, la grande majorité des Burmese arborent toujours la couleur traditionnelle, soit brun foncé (sable).

PERSONNALITÉ:

Le Burmese est un habile grimpeur et sauteur : il faut donc s’équiper d’un arbre à chat et de perchoirs. C’est un chat robuste et trapu, dont il faut surveiller l’alimentation attentivement pour prévenir l’obésité, surtout s’il ne fait pas assez d’exercice.

Malgré son tempérament placide, le Burmese adulte a aussi tendance à rester chaton dans l’âme et à chérir la séance de jeu quotidienne. Il adore recevoir les attentions de son maître et se faire flatter le ventre. Avec un Burmese, la séance de caresses est une nécessité quotidienne.

VIE AU QUOTIDIEN:

Les jeunes Burmese sont des chats actifs et curieux qui s’adaptent très facilement au changement. En vieillissant, certains individus peuvent cependant devenir un peu trop placides, préférant observer plutôt que de participer à des activités.

À tout âge, le Burmese adore observer le monde qui l’entoure, et il se poste souvent à une fenêtre pour regarder ce qui se passe dehors. Le Burmese est très à l’aise avec d’autres chats de sa race, mais il ne s’entend pas aussi bien avec les individus d’autres races.

HISTORIQUE:

En 1930, une chatte appelée Wong Mau, venant de Birmanie, arriva aux États-Unis avec le Dr Joseph C. Thompson. En raison de sa robe brun foncé, de nombreux félinophiles crurent qu’elle était peut-être juste un Siamois de couleur très sombre. Le Dr Thompson n’était pas de cet avis, et avec d’autres passionnés comme lui, il décida de faire des croisements entre Wong Mau et d’autres chats pour bien identifier sa race. C’est ainsi que Wong Mau engendra la race Burmese.

Les chatons de Wong Mau semblèrent confirmer la théorie du Dr Thompson. Lorsque Wong Mau fut accouplée à un Siamois, ses chatons apparurent comme des hybrides Burmese/Siamois et de purs Siamois. Lorsque les chatons ayant l’apparence d’hybrides Burmese/Siamois furent accouplés entre eux, ils donnèrent naissance à des chatons Burmese de couleur foncée. Les Burmese de couleur foncée se sont alors reproduits selon le type parental, démontrant que Wong Mau était en fait un hybride d’un Siamois et d’un chat foncé de race inconnue.

Malheureusement, en raison de la grande popularité de cette race, des hybrides commencèrent à se glisser dans les salles d’exposition en 1947, au lieu des Burmese de race pure. Comme la présentation d’hybrides violaient les règles d’exposition de la Cat Fanciers' Association, la reconnaissance de la race Burmese fut révoquée. Il fallut attendre 1953 pour que la race retrouve ses lettres de noblesse, après que la Burmese Cat Society of America eut assuré aux associations félines tenant les livres officiels que cela ne se reproduirait plus.