Merci de votre visite

Pour fermer votre session, cliquez sur "OK"


Science Diet - Vet's #1 Choice for Their Own Pets



Le Birman, ou Chat sacré de Birmanie, est un chat de grande taille au corps longiligne. Il a un comportement territorial, sans être agressif, et il attire l’attention par ses marquages très particuliers.

     Birman COUP D’OEIL

Poids:

Mâle: lourd : >12 lb
Femelle: lourd : >12 lb

Couleur des yeux:

Bleu

Attentes réalistes:

Espérance de vie: 9 à 13 ans
Besoin de compagnie/d’attention: Modéré
Tendance à perdre ses poils: Élevée, Modérée

Robe:

Longueur: Longue
Caractéristiques: Soyeuse
Couleurs: Frost, Bleu, Chocolat, Seal, Roux, Crème, Cannelle, Lilas, Faon (« Fawn »)
Patrons: Colourpoint, Ganté (« Mitted » )
Pelage moins allergène : Non
Besoin de toilettage: Modéré

Reconnaissance officielle:

Reconnaissance par les associations félines:
CFA, ACFA, TICA, AFC
Popularité: Race rare


The Birman Cat Breed

Le Birman ressemble à un chat Colourpoint ayant des pieds blancs et des yeux bleu foncé.

Le Birman est un chat au corps longiligne, qui peut devenir assez gros. Le mâle est habituellement plus gros que la femelle. Doté d’une forte ossature, il peut avoir l’air trapu sous tous ses aspects.

Le Birman présente des marquages très particuliers. Il ressemble à un chat Colourpoint ayant des pieds blancs (ou « gants ») et des yeux bleu foncé. La tête est en réalité triangulaire, mais le crâne est tellement large qu’il donne au visage une forme presque ronde. Le Birman a un nez romain et des oreilles de taille moyenne.

La fourrure est mi-longue, douce et soyeuse. Elle n’est pas portée à se feutrer et s’entretient facilement.

PERSONNALITÉ:

Le Birman est un animal exclusif, qui a tendance à ne s’attacher qu’à une seule personne. Certains Birmans peuvent manifester un peu de jalousie si leur maître ne fait pas attention à eux. Ce chat a un comportement territorial, sans être agressif.

VIE AU QUOTIDIEN :

Étant un chat assez gros et plutôt trapu, le Birman peut facilement prendre de l’embonpoint. L’exercice quotidien peut l’aider à rester en forme.

De plus, il est recommandé de peigner le Birman chaque jour pour empêcher le feutrage de sa fourrure fine.

HISTORIQUE:

Le temple of Lao-Tsun fut un jour construit dans la lointaine Asie pour le culte de Tsun-Kyan-Kse, déesse d’or aux yeux bleu saphir. L’un des prêtres du temple, Mun-Ha, avait coutume de s’agenouiller devant la statue de la déesse, avec le chat blanc du temple, appelé Sinh, assis à ses côtés. Une nuit, des bandits entrèrent dans le temple pendant que Mun-Ha était en prières et ils le tuèrent. Au moment où Mun-Ha allait mourir, Sinh mit ses pieds sur lui tout en faisant face à la statue. Le corps du chat passa immédiatement du blanc au doré et ses yeux virèrent au bleu, comme ceux de la déesse. Ses pattes devinrent brunes, mais à l’endroit où ses pieds touchaient le corps de son maître, ils restèrent blancs, comme symbole de pureté. Tous les autres chats vivant dans le temple ou aux alentours subirent la même transformation. Sinh resta pendant sept jours auprès de son maître, puis il mourut à son tour, emportant l’âme de Mun-Ha au paradis. Jusqu’à ce jour, les gens croient que chaque fois que l’un des chats sacrés meurt, l’âme d’un prêtre accompagne celle du chat au paradis.

Lorsque le temple subit une nouvelle attaque, Auguste Pavie et le major Gordon Russell aidèrent les prêtres du temple à se défendre. En guise de reconnaissance, les prêtres remirent aux deux hommes en 1919 un couple de Birmans, qui donnèrent naissance à la race dans le monde occidental. Les deux hommes vivaient alors en France. Les Birmans prospérèrent pendant un certain temps, mais à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, il ne restait plus qu’un couple. Les éleveurs durent encore travailler fort pour assurer la survie de la race.

Dans les années 1960, les premiers Birmans furent importés au Royaume-Uni, puis les chatons issus des programmes d’élevage furent exportés partout dans le monde. La race fut reconnue en 1966 au Royaume-Uni, et en 1967 aux États-Unis. En Europe, la race est connue sous son nom traditionnel de Sacré de Birmanie. Au Canada, les deux noms sont utilisés.